Valoriser

"Les contributions volontaires sont, par nature, effectuées à titre gratuit. Elles correspondent au bénévolat, aux mises à disposition de personnes par des entités tierces ainsi que de biens meubles ou immeubles, auxquels il convient d’assimiler les dons en nature redistribués ou consommés en l’état par l’association ou la fondation." (extrait du réglement CRC n°99-01 du 16/02/1999).

Evaluation, valorisation, contreparties et valeur ajoutée sont devenus des concepts clés pour appréhender le monde qui nous entoure et les associations y compris les plus petites, n’échappent pas à cette dictature de la performance. Or, l’immense majorité des associations fonctionne avec très peu d’argent et beaucoup d’huile de coude. Plus précisément, et selon les estimations du paysage associatif français, plus de 900.000 structures fonctionnent sans salariés et avec un budget annuel moyen de moins de 12 000 €.

Les comptes de certaines associations peuvent ainsi donner une fausse image d’inactivité. Pour cette raison, les associations dont l’activité n’est pas financiarisée, parce qu’elle repose sur le bénévolat ou la gratuité, ont intérêt à faire apparaître dans leur comptabilité le travail et les autres apports bénévoles.

Cette valorisation comptable du bénévolat consiste à faire l’inventaire de toutes les contributions des bénévoles, comme le temps de travail, les biens et services mis à disposition, la renonciation à se faire rembourser certains frais exposés pour l’association. Tous ces dons faits à l’association sont ensuite évalués en fonction de ce que l’association aurait été obligée de payer en l’absence de bénévoles.

Une fois valorisées, ces contributions sont intégrées dans la comptabilité de l’association, grâce à une série de comptes spécialement prévus à cet effet par le Plan Comptable Associatif. De cette manière, l’association peut présenter au tiers une image plus fidèle d’elle-même, indiquant la vraie place des contributions bénévoles.