S'informer

L’engagement bénévole a de nombreuses vertus et l’on entend souvent dire que donner de son temps aux autres est facteur d’épanouissement personnel pour les bénévoles. Un argument à l’engagement, déjà prouvé scientifiquement et qui mérite que l’on s’y intéresse.

Le contact social crée de l’ocytocine

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de l’ocytocine. Il s’agit d’une hormone peptidique, souvent associée au calme, à la confiance et au sentiment de sécurité. Très présente dans le cerveau après un accouchement, elle est par exemple connue pour favoriser les comportements maternels et contribue à créer le lien privilégié entre la mère et l’enfant, mais elle interagit sur notre comportement avec les autres, dans bien des domaines.

En 2008, Paul Zac, neuro-économiste américain, a publié les résultats de 10 années de recherches sur cette petite hormone, et a scientifiquement démontré le lien entre la production d’ocytocine et le contact avec autrui. C’est donc notamment en allant au contact d’autres individus que notre cerveau en produit et tant chez les humains que chez les autres animaux, elle joue le rôle de "ciment des relations sociales".

Ainsi, grâce à ses expériences comportementales, Zac a établi que la mise en présence d’ocytocine créait généralement une situation d’empathie, de bien-être, de confiance et permettait d’établir un lien réel avec un autre individu. Cette petite hormone aurait donc la capacité d’associer les contacts sociaux à des sentiments agréables.

Faire du bénévolat pour se sentir mieux

Nos interactions quotidiennes avec les autres nous placent ainsi constamment en situation où nous sommes amenés à donner un peu de temps ou de ressources à autrui, tout en éprouvant un sentiment de satisfaction. Zac, établit alors l’alliance indiscutable entre lien social, engagement envers les autres, satisfaction et bien-être. De plus, en tant que prédatrice féroce du stress et du mal-être, elle permet de vivre plus sereinement et aurait ainsi des effets très positifs dans la guérison des cancers et des maladies cardio-vasculaires.

Si le contact social a le pouvoir de rendre heureux et en meilleur santé, quel meilleur moyen pour cela que de s’engager au sein d’une association ou d’une ONG, au contact d’individus qui partagent les mêmes convictions, et la même volonté d’engagement désintéressé, au service de la communauté ?

Le bénévolat : voici donc la base de ce que l’on peut appeler le "ciment social", et à laquelle une molécule comme l’ocytocine contribue significativement tout en nous faisant nous sentir bien.