S'engager

Voté dans la loi Egalité et Citoyenneté adoptée par le Parlement le 22 Décembre 2016, le congé engagement a pour but de lutter contre les discriminations et encourager la mixité sociale. Il offre la possibilité aux responsables d’associations de bénéficier de 6 jours de congé associatif par an. Afin d’être considéré comme responsable il faut être président, trésorier, secrétaire ou encore adjoint d'une association.
De plus, ces six jours peuvent être divisés en demi-journées et à moins d’un accord avec l’entreprise, le congé n’est pas rémunéré. Vous avez donc la possibilité de négocier le maintien de votre rémunération si vous travaillez dans le secteur privé. L’entreprise peut refuser la demande de congé mais doit apporter un motif valable.

Par ailleurs, cette mesure a subi de nombreuses critiques. Dans la conjoncture économique compliquée que nous traversons, les patrons de PME soulignent le problème de l’absence de salariés qui est préjudiciable au bon développement de l’entreprise. Le petit nombre de salariés rend la vie dure pour ces entreprises qui ne peuvent se permettre de manquer d'employés. Les détracteurs soulignent également le fait qu’il existe déjà de nombreux types de congé, comme le congé solidaire, et questionnent donc la nécessité d'un nouveau projet.

Il est absolument nécessaire que le Gouvernement encourage l'engagement associatif en France, dans la mesure où celà crée de la richesse et la cohésion, mais pas au détriment de l'activité economique comme c'est le cas avec cette mesure.