Nous connaître

Depuis sa création l’AVE a porté une série de gestes concrets tels que la création de liens de communication étroits avec les instances gouvernementales, la promotion de l’engagement par des campagnes se sensibilisation auprès du grands public (affiches, tracts…), l’organisation de colloques et de groupes de travail sur des sujets clés de la vie associative ou encore la création d’un Prix visant à encourager l’action des entreprises en faveur du bénévolat.

Grâce à ses différentes actions, nous avons pu nous réjouir, quelques mois seulement après leur publication de recevoir un écho favorable à certaines propositions de l’AVE qui étaient déjà reprises et mises en place par le gouvernement, telles que :

  • la création d’unités dans le parcours universitaire pour valoriser l’expérience acquise lors de missions de service civique,
  • des partenariats nationaux entre le Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative et de grandes entreprises qui s’engagent à mieux prendre en compte l’expérience bénévole lors du recrutement,
  • le décret du 24 août 2011, relatif à la valorisation du service civique dans les formations post-baccalauréat.
Ces retours encourageants doivent donc être une motivation d’autant plus forte pour les futures actions à mener ensemble, en faveur de l’engagement associatif et citoyen.

L’AVE s’intéresse ainsi aux enjeux liés aux politiques publiques afin de faire entendre la voix et les préoccupations de tous les acteurs du bénévolat en France. Notre rôle consiste à agir comme une passerelle entre tous ceux qui œuvrent au sein du secteur bénévole, qu’il s’agisse des structures d’accueil, des bénévoles eux-mêmes ou des responsables politiques. Nous tenons à nous assurer que la question du bénévolat et du volontariat est dûment prise en compte dans le cadre de toutes les discussions sur les politiques de la vie associative pour que les gouvernements et les institutions publiques soient conscients du rôle essentiel que joue le bénévolat dans notre société.

Car au-delà de l’investissement moral et du don de soi, l’engagement bénévole est essentiel à la communauté. C’est un atout pour la dynamique associative, l’économie, mais également pour l’emploi, en se positionnant comme une expérience valorisable sur un CV.

L’AVE est une association créée en 2005 par des responsables associatifs, des chefs d’entreprises, des spécialistes de la formation et des élus locaux désireux de promouvoir le statut de volontaire auprès des étudiants et de les accompagner dans leur mission, sous le nom de l’« Agence pour le Volontariat Etudiant ». L’AVE avait alors pour objet de développer et populariser le service civique qui malgré son succès à l’étranger, ne parvenait pas à s’imposer en France comme forme d’engagement valorisable professionnellement. Des dizaines de jeunes ont ainsi été encadrés et formés grâce à l’AVE et à ses partenaires jusqu’à l’Institutionnalisation du service civique en 2012, avec la création de l’Agence Nationale du Service Civique.

Nos préoccupations nous ont très naturellement conduites à nous interroger sur le fonctionnement des acteurs associatifs et sur l’efficacité des politiques publiques mises en place. Conscients de la nécessité de créer une structure d’échanges, de débats et de rencontres, nous avons alors décidé à élargir notre action à tous les bénévoles, quel que soit leur âge et leur type d’engagement.

Et depuis septembre 2010, l’association, toujours sous le sigle AVE est devenue l’« Agence pour la Valorisation de l’Engagement ».

L’AVE s’intéresse désormais aux enjeux liés aux politiques publiques afin de faire entendre la voix et les préoccupations de tous les acteurs du bénévolat en France. Notre rôle consiste à agir comme une passerelle entre tous ceux qui œuvrent au sein du secteur bénévole, qu’il s’agisse des structures d’accueil, des bénévoles eux-mêmes ou des responsables politiques. Cette action, soutenue par la nomination du président de l’AVE, Maître Nicolas Rivard, avocat spécialisé en droit associatif, au Haut Conseil à la vie Associative en 2011, nous a permis de nous assurer que la question du bénévolat et du volontariat était dûment prise en compte, dans le cadre des discussions sur les politiques de la vie associative, pour que les gouvernements et les institutions publiques soient conscients du rôle essentiel que joue l’engagement dans notre société.

Aujourd'hui, nous nous réjouissons de constater que la "valorisation de l'engagement", terme encore presque inconnu du vocabulaire associatif français en 2010, soit désormais récurrent dans le secteur. C'est déjà un pas en avant mais il reste encore beaucoup à faire pour la reconnaissance de l'engagement bénévole à sa juste mesure.