Notre action

En dépit de son succès, l’avenir du mécénat d’entreprise semble mis en péril par l’annonce d’une mesure que le gouvernement a tout d’abord envisagé de mettre en place dès cette année, avant d’accepter, sous la pression du secteur culturel et d’une partie du milieu associatif, de repousser le projet à 2013.

Il s’agirait en effet de réduire de moitié les réducions fiscales accordées aux entreprises dans le cadre du mécénat. La déducion fiscale jusque là de 60 % du montant du don (dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaire de l’entreprise) serait ainsi réduite à 37,5 %. Si une telle mesure venait à être votée, c’est tout un pan du secteur associatif, des fondations d’entreprises et de leurs actions en faveur de l’intérêt général qui pourrait être bouleversé.

Téléchargez la Note du Labo n° 6 en cliquant sur l'icône ci-dessous :

Créées en 2001, les SCIC (sociétés coopératives d’intérêt collectif) sont des structures qui offrent la possibilité à plusieurs associations, de se regrouper pour mener à bien un projet économique à finalité sociale.

L’étude présente les nombreux avantages des SCIC qui sont l’outil idéal pour monter un projet d’utilité sociale, à vocation économique, porté par différentes structures ou pour mener un projet entrepreneurial, tout en ayant des bénévoles. Zoom sur ces coopératives d’un autre type.

Téléchargez la Note du Labo n°5 en cliquant sur l'icone PDF ci-dessous :

Aujourd’hui, plus de 30 % des citoyens Européens s’engagent dans une activité bénévole. Cela représente au total, plus de trois adultes sur dix et équivaut à plus 100 millions d’Européens. Pourtant de nombreuses différences culturelles, et historiques existent entre les Etats membres de l’Union Européenne et se retrouvent au sein de différents modèles d’engagement en Europe.

La notion même de volontariat varie et les définitions officielles du volontariat utilisées au niveau des États membres diffèrent souvent d’un pays à l’autre. Malgré leur utilisation fréquente, même les termes « volontariat » et « activité volontaire » prêtent parfois à confusion. Et si le terme « volontariat » est traditionnellement utilisé pour décrire l’ensemble des engagements formels et informels en Europe, deux termes bien spécifiques sont utilisés en France : le bénévolat et le volontariat.

Téléchargez la Note du Labo n°4 en cliquant sur l'icone PDF ci-dessous :

Les seniors jouent un rôle important dans le bénévolat, bénéficiant de l’expérience qu’ils ont accumulée et d’une forte disponibilité. En 2011, alors que l’espérance de vie a nettement progressé, le vieillissement de la population est un fait aux conséquences multiples et si certains le considèrent comme un fardeau, il est nécessaire de mettre en lumière l’autre dimension de ce phénomène qui est aussi une réelle opportunité pour la croissance économique et la dynamique associative.

Téléchargez la Note du Labo n°3 en cliquant sur l'icone PDF ci-dessous :

pdf 39070

Mis en place le 10 mars 2010, le service civique fête son premier anniversaire et affiche aujourd’hui, après l’échec de l’engagement
de service civil, un bilan d’autant plus encourageant.

En offrant aux jeunes volontaires un réél accompagnement dans leur parcours citoyen avec des missions intéressantes, utiles et valorisables dans le cursus universitaire et dans l’entreprise, le service civique pourrait être une réponse aux attentes des jeunes.

Mais pour l’accompagner dans son évolution, une véritable réflexion doit être engagée afin d’aboutir aux améliorations qui permettront d’assurer l’avenir de l’engagement bénévole tout en respectant la diversité du monde associatif.

Téléchargez la Note du Labo n°2 en cliquant sur l'icone PDF ci-dessous : 

Télécharger le fichier pdf

S’il est vrai que les jeunes ont une vision pessimiste de leur avenir et ne se reconnaissent plus dans la société, ils continuent pourtant à s’engager. Ils comprennent qu’au delà de l’aide apportée aux autres, l’engagement est aussi un formidable moyen d’acquérir de nouvelles compétences, transposables dans l’entreprise et un atout pour l’insertion professionnelle.

Mais entre les 66 % de jeunes français qui souhaitent donner de leur temps et les 29 % réellement engagés, force est de constater que le potentiel d’engagement de la jeunesse est encore loin d’être atteint et que de nouvelles mesures doivent être adoptées.

Téléchargez la Note du Labo n°1 en cliquant sur l'icone PDF ci-dessous : 

Télécharger le fichier pdf