Notre action

Pélerin du 25/04/2013, par Elodie Chermann

Aider, défendre une cause, s’ouvrir à une nouvelle culture... Beaucoup de jeunes sont tentés par l’humanitaire. Mais s’engager ne s’improvise pas. Conseils, bonnes adresses... Pèlerin vous donne les clés pour réussir votre projet.

« Des jeunes, on dit souvent qu’ils sont désengagés, paresseux, apathiques. Mais cette image ne correspond ni à la réalité de leurs pratiques ni aux statistiques », clame à qui veut l’entendre Valérie Becquet, maître de conférences en sociologie à l’université de Cergy-Pontoise, dans le Val-d’Oise.

D’après un sondage Ifop mené en septembre 2010 pour France Bénévolat, 29 % des 15-24 ans sont engagés dans le bénévolat. Plus que de défendre des valeurs, ils ont surtout envie d’agir, de se rendre utile.

Acteurs à part entière de la société

« Les jeunes n’ont plus confiance dans les politiques publiques mais aspirent à devenir des acteurs à part entière de la société », témoigne Virginie Bompoint, déléguée générale de l’Agence pour la valorisation de l’engagement. Suivant leurs envies et leurs disponibilités, ils s’orientent soit vers le bénévolat, soit vers le volontariat.

« Contrairement au bénévolat, le volontariat est encadré par un statut légal et donne droit à une indemnité », explique Armelle Genevois, chargée de formation chez France Volontaires.

Il se décline sous différentes formes. Le volontariat de solidarité internationale s’adresse à toute personne majeure désireuse d’effectuer une mission de développement ou d’urgence humanitaire dans un pays étranger, au sein d’une association agréée et reconnue par l’État.

Lire la suite du dossier "Jeunes engagez-vous !" (18 pages) du magazine Pèlerin, du 25 avril 2013.